UNE LÉGENDE WARLI

Publié le par christian guillais

La pièce magique

 

Lhiver se termine. Le soleil recommence à chauffer le mur de terre de cette maison silencieuse, à la sortie du village. Tout le monde connaît le couple qui y habite, mais personne ne leur parle. Elle nest plus très jeune et lui, quand il fume, adossé à ce mur, il ne répond pas au salut du passant. Il regarde ailleurs, très loin, vers la montagne. Il semble écouter le vent. Aucun animal ne pâture autour de la maison, aucun enfant ne joue dans la cour, pas même un chien pour aboyer.

 

Le village est en effervescence. Au pied de la montagne, la grande Méla de Mahalakshmi a commencé. La fête ne dure que deux jours et deux nuits. Tout le village va sy rendre. Va-t-on marcher de nuit avec des voisins ? Y aller en charrette ou partager un Rickshaw ? Ou prendre lautobus ? Ce sont les parents qui décident. Mais les enfants ne veulent pas manquer cela, il y aura un manège, des ballons, des poupées, des bracelets Les parents aussi  veulent aller  à la fête, elle marque la fin de lannée Warli. Après la Méla commence le Rab, le temps de la préparation des rizières avant larrivée de la pluie, le brûlis, la réparation des murets Mais surtout cest à ce marché que les Warli  troquent leur surplus de riz contre du kérozène ou un sari

 

Assis devant la maison silencieuse, le couple sans enfant,  na rien à troquer car ils nont pas de rizière. Ils sont bûcherons, elle fait des fagots avec le bois tombé sous les arbres et lui coupe  avec sa hache les branches mortes. Alors ils niront pas à la Méla. Il regarde un instant sa femme et elle comprend quil veut aller ramasser du bois, parce quil commence à faire un peu moins chaud dans la montagne. Ils se lèvent ensemble.

 

Un chant doiseau annonce le coucher du soleil quand le bûcheron entend le cri dun enfant qui pleure dans la jungle. Il pose sa hache, laisse sa femme et senfonce sous les arbres. Dans une clairière il découvre un bébé seul, dans un hamac. Il balance un peu le hamac mais cela ne calme pas lenfant. Un passant lui dit que sa mère est descendue au grand marché de la Méla. Il y part en courant.

 

Au pied de la montagne il croise une femme qui remonte tranquillement le chemin. Cest la mère du bébé. Elle remercie le bûcheron et lui donne, en cadeau, un sac qui contient une pièce. « Tu peux sortir cette pièce du sac, la dépenser, il en restera toujours une au fond de ce sac. Je suis une magicienne ».

 

Le bûcheron se rend, avec sa femme et sa pièce magique, au marché de la Méla. Ils font dabord un tour de manège. Puis il achète un sac. Ils choisissent ensuite des noix de coco, un panier, des radis. Elle veut un sari. Il y a toujours, au fond de son sac, une pièce pour payer. Mais leur chargement devient de plus en plus lourd. Alors la femme décide de rentrer avec son panier de légumes, et lui continue avec un baluchon qui devient de plus en plus gros. Fatigué, il pose sa charge devant un débit dalcool. Il sy repose un moment puis commande à boire. Un peu, un peu plus enfin il se décide à rentrer chez lui. Dans sa maison il pose son énorme baluchon rempli de tous ses achats. Sa femme lui demande « et le petit sac avec la pièce, tu las oublié ? ». Le bûcheron baisse la tête. Quand il la relève et quil croise le regard de sa femme, il se rend compte quelle rit.

 

Oeuvre du peintre WarlI SHANTARAM CHINTHYA TUMBA - Acrylique sur toile de coton enduite  de matières naturelles - 177 X 91 cm;e matières

Oeuvre du peintre WarlI SHANTARAM CHINTHYA TUMBA - Acrylique sur toile de coton enduite de matières naturelles - 177 X 91 cm;e matières

Voici, ci-dessus la peinture Warli qui raconte ce joli conte.

Elle est l'oeuvre d'un grand peintre de la tribu Warli, dont les peintures ont été exposées, au musée des Arts Décoratifs et à la Fondation Cartier, à Paris, et qui font partie du fond du musée des Confluences de Lyon.

Elle montre que l'art Warli permet aux Warli de conserver leurs contes et légendes puisque leur langue ne s'écrit pas.

Vous pouvez voir cette peinture jusqu'à fin Avril, à GRENOBLE :

à la GALERIE VENT DES CIMES

25, avenue ALsace-Lorraine

04 76 46 20 09

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article